L'histoire

La compagnie l’Artifice fond son action dans celle de la Minoterie

Fin 2019, la compagnie l’Artifice terminera un dernier cycle de trois ans de conventionnement avec ses partenaires publics. Après 30 ans d’existence dont 18 ans de conventionnement avec le Ministère de la Culture, la Ville de Dijon et la Région Bourgogne-Franche-Comté, elle a décidé de fondre son action de compagnie dans l’avenir de La Minoterie et quittera, pour cela, son nom afin de faire renaître autrement son action au service de l’avenir de La Minoterie.

La compagnie l’Artifice se retire après trente saisons de créations de formes théâtrales diverses, dédiées aux publics jeunes, construites avec passion par des équipes d’artistes et de techniciens convaincus, accompagnées par des équipes administratives poétiques. Crasse Tignasse, Lettres d’amour de 0 à 10, l’Ogrelet, Yvonne princesse de Bourgogne, Le pire du troupeau, Peter Pan, le grand ramassage des peurs, Cendrillon, Miche et Drate, Pour rire pour passer le temps, Le monde sous les flaques, La B.I.P. première banque mondiale d’idées positives, Jeanne et la chambre à airs, comment les citer tous...

La Minoterie a pris une nouvelle dimension suite à sa nomination par l’État en Scène conventionnée d’interêt national Art, enfance, jeunesse et nous avons choisi de défendre autrement la création de spectacles au sein du projet. La compagnie a pour cela repensé son projet et son équipe et à partir de janvier 2020, ce lieu dédié à la création jeune public et à l’éducation artistique, se dotera d’une capacité de création de spectacles "maison". Je pourrai en assurer la mise en scène mais j’inviterai régulièrement pour ce travail, d’autres artistes en leur passant commande.

Après une ouverture en janvier 2014, La Minoterie, lieu unique en France, écrit ainsi une nouvelle page de son histoire, provoquée par la montée en puissance de son travail d’accompagnement de la création jeune public et de l’éducation artistique des populations jeunes et de leurs "passeurs d’art". Une histoire régionale et nationale qui n’allait plus de paire avec cette double trajectoire professionnelle qui consistait à animer, d’un côté, une compagnie conventionnée active et de l’autre un lieu conventionné innovant. Longue vie à La Minoterie !

Christian Duchange,
Directeur artistique  de La Minoterie
Scène Conventionnée Art, Enfance, Jeunesse.

A l'origine

C'est au sein d'un ancien établissement de l’habillement de l’armée, la “Halle Bonnotte”, elle-même sise sur les anciennes Grandes Minoteries Dijonnaises, que prend aujourd'hui lieu et place La Minoterie, pôle de création jeune public et d'éducation artistique. Le projet de réhabilitation initié par la Ville de Dijon s'inscrit dans un projet plus large d'aménagement d'ensemble couvrant environ 12,6 hectares en perspective de la création autour du site d'un éco-quartier à l'horizon 2018. La structure initiale de la Halle, de par sa souplesse de configuration des espaces, a permis d'associer la pensée d'un projet de conservation du patrimoine industriel et celui de développement d'un pôle culturel de création et d'éducation artistique dédié au jeune public.

La réhabilitation

Sa réhabilitation par l' Atelier d'architectes Correia a misé sur le mariage entre mémoire et  ré-inscription du lieu dans la ville. Le projet laisse « respirer » la structure métallique de la fin du XIXème siècle, en redéployant ces fonctions sous les 3 travées originelles. Les fermes métalliques sont apparentes ; la continuité des voliges en bois constituent la sous-face visible dans l'ensemble de l’équipement. A l'intérieur, un système modulaires de “boites”  redistribue l'espace et ses fonctionnalités autour d'une cour intérieure tempérée. Cet espace clos et couvert fonctionne à la manière d'un atrium : il accueille le visiteur, permet le dialogue et la rencontre, offre un terrain de jeu, une scène. La façade Ouest donnant sur le parvis et l’avenue Jean Jaurès est travaillée dans l'idée d'un continuum dedans/dehors permettant de donner une visibilité à l’équipement depuis ses extérieurs; en grande partie vitrés,  Les ouvrants coulissants permettent, à la belle saison, de mettre en relation directe parvis et atrium. Le projet enfin faisant la part belle au bois, a privilégié une forte dimension locale, tant dans la provenance des matériaux que dans leur mise en oeuvre.